La Nupes a rendez-vous à la Fête de l'Humanité: «c'est énorme ce qu'on a fait», lance Jean-Luc Mélenchon

La Fête de l’Humanité bat son plein dans l’Essonne, nouveau lieu d’accueil du grand rassemblement politico-culturel de la gauche. Et pour la première fois depuis des années, tout le monde est réuni mais pas sans quelques frictions.

Communistes, Insoumis, socialistes, écologistes, trotskistes, anticapitalistes, voilà longtemps que toutes les nuances de la gauche n’avaient pas répondu présentes et en nombre à la fête de l’Humanité, rapporte notre envoyé spécial, Aurélien Devernoix du service politique. L’effet Nupes sans aucun doute, sourit un député Insoumis. Un effort d’union qu’il faut continuer, a martelé Jean-Luc Mélenchon, de retour à la « fête de l’Huma » après six années d’absence, de bouderie même selon Fabien Roussel, le patron du Parti Communiste, la puissance accueillante.

Plus de bouderie donc mais un ton offensif face aux critiques : « il faut cesser les jérémiades et voir ce qu’on a accompli » s’est agacé le leader Insoumis, remettant en place notamment Fabien Roussel, qui s’est dit vendredi davantage en faveur de la France du travail que de la France des allocations : « La gauche doit défendre le travail et ne pas être la gauche des allocations et minimas sociaux », a déclaré l'ancien candiadat à la présidentielle du PCF.

« Les allocations, c’est le fruit du travail », a répondu Jean-Luc Mélenchon, dont la stratégie politique a aussi été attaquée au sein de son parti, notamment sur les résultats électoraux décevants en dehors des grandes zones urbaines.


Lire la suite sur RFI