Numéros d'urgence indisponibles : Orange annonce l'origine de la panne

·1 min de lecture

La panne liée aux dysfonctionnements des numéros d'urgence du 2 juin dernier avaient causé le décès d'au moins cinq personnes. L'origine de cette panne est désormais connue, et il s'agit d'un "bug" logiciel selon l'opérateur. Selon les conclusions de l'enquête, 11.800 appels, soit 11% du total, n'ont pas été acheminés pendant la panne du 2 juin, entre 16h45 et minuit. "Ce dysfonctionnement est la conséquence d'un bug dans les logiciels des 'calls servers'", c'est-à-dire les équipements techniques qui gèrent l'interconnexion entre le réseau IP et l'ancien réseau analogique, a indiqué Orange dans un communiqué.

Ce dysfonctionnement fait "suite à une opération de modernisation et d'augmentation capacitaire du réseau, débutée début mai, pour répondre à l'accroissement du trafic", a encore annoncé l'ex-France Télécom, historiquement chargé de rediriger les appels d'urgence. Le 2 juin en fin de journée, les numéros 15, 17, 18 et 112 étaient pour beaucoup de Français inaccessibles ou joignables seulement après de multiples tentatives, une panne qui a de façon inédite affecté tout le territoire.

>> A lire aussi - Panne des numéros d'urgence : Orange visé par des enquêtes et un audit

L'enquête d'Orange est distincte de l'audit "de contrôle de la sécurité et de l'intégrité" du réseau et des services d'Orange demandé par le gouvernement, et piloté par l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (Anssi). Ses conclusions sont attendues dans un délai de deux mois. Guillaume Poupard, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vaccination en France : l'objectif de la mi-juin bientôt rempli
Droits TV : après l'attribution de lots à Amazon, Canal+ se retire
Covid-19 : la Chine doit être “transparente” et “coopérer” pour trouver l’origine de l’épidémie, avertissent les Etats-Unis
Impôts : pour que son économie reste compétitive, la Suisse va faire une réforme fiscale
Les Etats-Unis veulent former des "cliques" selon la Chine, qui dénonce “une politique des blocs"