Le numéro d'appel pour prévenir le passage à l'acte des pédocriminels officiellement lancé

Par E.P
·2 min de lecture

Ce numéro, non surtaxé et confidentiel (0806.23.10.63), est à destination des personnes attirées par les enfants pour éviter le passage à l'acte et les orienter vers des professionnels.

Le numéro d'appel pour recueillir la parole de pédophiles, destiné à empêcher viols et agressions et leur proposer des soins à titre préventif, a été officiellement lancé ce vendredi, à Toulouse.

Prévenir le passage à l'acte

"Il s'agit d'une mesure innovante qui s'inspire d'autres pays européens en avance sur nous et qui repose sur une évidence : éviter le passage à l'acte est la meilleure façon de protéger les victimes", a déclaré le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles, Adrien Taquet.

Cette ligne d'appel non surtaxée et confidentielle (0806.23.10.63), où les appelants sont orientés vers un réseau de soins spécialisés proche de chez eux, avait été expérimentée dans cinq régions de France (Occitanie, Nouvelle Aquitaine, PACA, Pays de Loire, Auvergne). Depuis fin 2020, elle est généralisée à l'ensemble du pays.

"On s'adresse aux auteurs potentiels. On veut intervenir avant qu'ils ne passent à l'acte", a expliqué Anne-Hélène Moncany, psychiatre à l'hôpital psychiatrique Gérard Marchant, où Adrien Taquet a passé l'après-midi à échanger avec des professionnels et des patients.

"Quand on fait une campagne sur la sécurité routière, on s'adresse aux conducteurs. Dans une campagne de ce type, il faut aussi responsabiliser les auteurs" potentiels d'actes pédophiles, a ajouté la spécialiste, également responsable du Centre ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (CRIAVS).

"Aimez-vous les enfants plus qu'il ne le faudrait ?"

Son lancement officiel s'accompagne d'une campagne de sensibilisation visant à favoriser son utilisation.

Le projet est inspiré d'une initiative allemande lancée en 2005, qui a bénéficié d'une campagne de communication y compris à la télévision, avec des slogans comme "Aimez-vous les enfants plus qu'il ne le faudrait?".

La fédération française des CRIAVS souligne que ce dispositif a fait ses preuves en Allemagne et a pour vocation d'orienter "vers une prise en charge adaptée à la problématique de l'appelant".

"Les études à l'appui du dispositif allemand montrent que les personnes concernées sont en demande de soins mais que ces soins leur sont le plus souvent inaccessibles", estime-t-elle.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :