Numérique et informatique : comment agir contre la désertion des femmes

Archives Snark / Photo12 via AFP

Attention à la faiblesse extrême du nombre de femmes dans les sciences du numérique ! C’est l’alerte que lance aujourd’hui l’association « Femmes et Sciences » à l’occasion de son colloque annuel, vendredi 18 novembre 2022 à Rennes, à l’heure où les mathématiques reviennent officiellement dans le tronc commun des enseignements à partir de la classe de première. Interview d’Amandine Berton-Schmitt, directrice du Centre Hubertine Auclert.

Quel paradoxe ! "Les programmes des premiers ordinateurs ont été conçus et réalisés par des femmes, des mathématiciennes expertes en calcul numérique", rappelle la biochimiste Zhanna Santybayeva (CNRS), membre de Femmes et Sciences, qui consacre son colloque annuel 2022 à la place des femmes dans les sciences du numérique, vendredi 18 novembre à Rennes (Centre Inria) (1) ainsi qu’une journée de formation (2), sous le titre critique de « Cassons les codes ! ». Car la situation est grave. Alors que le numérique irrigue tous les pans de la société et que l’informatique a constitué, dans les années 1980, une porte d’entrée privilégiée vers le métier d’ingénieure pour les étudiantes, c’est "la faiblesse extrême du nombre de femmes" dans le domaine qui frappe aujourd’hui en France. "Quelles sont les causes de ce déséquilibre femmes-hommes ? Comment faire pour qu’il se résorbe au plus vite ?" interroge la scientifique.

Une étude intitulée "Les freins à l’accès des filles aux filières informatiques et numériques" publiée en mai 2022 par le centre Hubertine Auclert (lire encadré) permet de mieux comprendre cette « désertion des femmes ». Comment "l’apparition du micro-ordinateur en particulier a joué un rôle majeur dans la construction d’un nouvel imaginaire autour de l’informatique – l’imaginaire geek – associé aux garçons dans les foyers".

Avec 330 entretiens semi-directifs, "plus d’une centaine de lycéennes et lycéens ont été suivi.es dans cinq lycées, au moment de l’introduction de nouvelles matières dont « Numérique et sciences informatiques » (NSI), pour voir leurs choix et leurs… non-choix !", explique Amandine Berton-Schmitt, directrice du centre Hubertine Auclert, qui doit intervenir lors d’une table ronde intitulée « Comment agir ? ». Interview.

"Le lycée lui-même est producteur d’inégalités"

Sciences et Avenir : Quels sont les chiffres-clés de Numérique et Sciences Informatiques (NSI) que révèle votre étude ?

Amandine Berton-Schmitt : Le numérique joue le rôle de [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi