Une "Nuit blanche" très politique à Paris avec les œuvres d'artistes d'Outre-mer

La France ultramarine est à l'honneur de la 23e édition de la Nuit blanche, événement parisien d'art contemporain initié en 2002. Une programmation qui résonne tout particulièrement cette année avec le contexte de crise en Nouvelle-Calédonie.

Les artistes d'Outre-mer livrent une manifestation coup de poing samedi 1er juin pour la "Nuit blanche" à Paris, imaginée pour "décentrer le regard" et qui a pris une dimension politique dans le contexte des violences en Nouvelle-Calédonie.

La transformation de l'esclave en homme libre, la domination de l'homme blanc, la déshumanisation du corps féminin racisé ou les révoltes kabyles et kanakes : la France ultramarine des "trois océans et quatre continents" est à l'honneur de la 23e édition de cet événement d'art contemporain initié en 2002 par Bertrand Delanoë, alors maire de Paris.

À lire aussiSuivez avec "Outre-mer" l'actualité ultramarine, des Caraïbes à l’océan Indien

"Je ne parle pas de tropicalisme ni d'exotisme. J'intègre tout ce que la société réunionnaise est à l'heure actuelle", a-t-elle résumé à l'AFP.

"Talents incroyables"

Pour Soraya Thomas, il était "grand temps" de mettre en lumière "des talents incroyables qui parviennent difficilement jusqu'à l'Hexagone".

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Imagination et technologie : quand l'IA augmente l'art
"À l'Affiche !" à la soixantième édition de la Biennale de Venise