« La Nuit du 12 », « Les nuits de Mashhad » : les critiques des films en salles cette semaine

© Haut et Court/Metropolitan FilmExport

La Nuit du 12 ****

De Dominik Moll, avec Bastien Bouillon et Bouli Lanners. 1h54.

Dans un quartier résidentiel de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), une jeune femme est aspergée d’essence et brûlée vive dans la rue. La PJ de Grenoble est saisie de ce meurtre sans mobile apparent… Dominik Moll (Harry, un ami qui vous veut du bien) revient à son genre de prédilection avec ce thriller librement inspiré d’un fait divers survenu en Seine-et-Marne en 2013. Même si on sait d’avance qu’on a affaire à un cold case, le suspense s’avère captivant, à mesure que le récit s’enfonce dans la noirceur de l’âme humaine. La mise en scène, réaliste et d’une précision chirurgicale, détaille les différentes étapes de la procédure dans un climat plombé par les fausses pistes. Tout en esquissant le portrait de flics hantés, joués par Bastien Bouillon et Bouli Lanners, exceptionnels. S.B.

Les nuits de Mashhad ***

D’Ali Abbasi avec Zar Amir Ebrahimi, Mehdi Bajestani. 2h.

En 2000, une journaliste débarque de Téhéran pour enquêter sur un tueur en série qui, dans la ville sainte de Mashhad, s’en prend aux prostituées. Le talentueux Ali Abbasi (Border) s’inspire d’un fait divers qui l’a marqué durant son adolescence et signe un polar très noir, haletant et sous très haute tension, magistralement mis en scène dans sa violence et ses rebondissements. On frémit et on se révolte en même temps que son héroïne, en butte aussi bien à un criminel qui n’en a pas l’air qu’à une société qui méprise le courage des femme...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles