Nucléaire : la Turquie et la Russie vont renforcer leur coopération

·1 min de lecture

Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine affichent leurs ambitions sur le front du nucléaire, s'engageant à renforcer leur coopération, qui déplaît aux Etats-Unis. Lors d'une cérémonie en visioconférence, les deux dirigeants ont officiellement lancé le chantier du troisième des quatre réacteurs de la centrale d'Akkuyu, dans le sud de la Turquie. Cette centrale, construite par le géant nucléaire russe Rosatom, doit commencer à fonctionner en 2023, année du centenaire de la République turque.

"Ce gigantesque projet est l'un des symboles de la coopération russo-turque", a déclaré M. Erdogan. "Nous partageons avec M. Poutine la même volonté d'approfondir cette coopération", a-t-il ajouté. M. Poutine a dit vouloir que ce projet "contribue à promouvoir le partenariat turco-russe sous toutes ses facettes et renforce l'amitié ainsi que la compréhension mutuelle entre les peuples de nos pays". Malgré des divergences sur les conflits en Libye et en Syrie, où ils soutiennent des camps opposés, Moscou et Ankara se sont considérablement rapprochés ces dernières années, au point d'irriter les alliés occidentaux de la Turquie, membre de l'Otan.

>> A lire aussi - Chine, Russie, Etats-Unis... le temps des prédateurs est revenu

Ainsi, l'achat par la Turquie de missiles russes, les S-400, a provoqué une crise avec les Etats-Unis qui dure encore. La construction de la centrale d'Akkuyu, dont le coût est évalué à quelque 20 milliards de dollars, est devenue un des symboles du réchauffement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Face au réchauffement climatique, la relance de l’économie pas assez verte selon l’ONU
Covid-19 : record d’infections en Pologne, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie inquiètent
Energie, agriculture...comment la green tech va verdir notre économie
La rentabilité canon des parkings, l’endettement galopant de Paris, faire un virement d’argent à vos enfants... Le flash éco du jour
La maison de luxe du fils Bolsonaro fait polémique au Brésil