"Le nucléaire a toute sa place dans un mix énergétique décarboné"

·1 min de lecture

Bernard Accoyer et Marc Deffrennes estiment urgent de défendre le nucléaire pour des raisons climatiques.

Bernard Accoyer, ancien président de l’Assemblée nationale (LR), président de PNC-FranceMarc Deffrennes, fondateur de l’alliance d’ONG We CareIl y a aujourd’hui un large consensus scientifique pour considérer que le changement climatique est l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de notre monde. Une bonne part du problème trouve son origine dans la production/consommation d’énergie carbonée. Et l’évolution démographique, combinée à l’amélioration nécessaire des niveaux de vie, fera que la demande globale d’énergie augmentera encore fortement dans le futur, avec un recours accru à l’électrification.Il est temps que les politiques responsables, au-delà des grandes conférences et des promesses qui y sont faites, prennent la question à bras-le-corps et fassent le meilleur usage de solutions décarbonées déjà disponibles, sans prendre leurs rêves pour des réalités. Ceci n’exclut pas, bien au contraire, de poursuivre intensément la recherche, le développement et la démonstration de nouvelles pistes et technologies, mais il n’est plus temps d’en attendre les résultats potentiels pour agir."Il est temps de cesser d’espérer que les mythes deviennent réalité"Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE, en 2016) pour rester sous la barre des 2 degrés (de réchauffement d’ici 2100), les émissions de CO2 cumulées ne doivent pas dépasser 270 milliards de tonnes entre 2015...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République