Nucléaire : la signature gênante d'Anne Hidalgo

·1 min de lecture

C’est une information très gênante pour Anne Hidalgo que révèle votre journal l’Opinion : la Maire de Paris a signé un texte en faveur de l’interdiction de la dissuasion nucléaire.

C’était il y a deux ans et demi environ, mais la mairie n’en a jamais fait la publicité. Et pour cause. Ce texte est un appel lancé par une association internationale, l’ICAN (acronyme anglais de Action internationale pour l’abolition de l’arme nucléaire). Cette ICAN n’est pas une ONG du coin de la rue, non, elle est lauréate du Prix Nobel de la Paix 2017. Rien que ça. Sa voix pèse donc lourd, et lorsqu’elle prend une initiative (comme par exemple lancer un appel), on ne la traite pas comme on signerait sur un coin de table la première pétition venue imaginée par un groupuscule de droits-de-l’hommistes. Or que dit ce fameux appel : "Nous soutenons le traité sur l’interdiction des armes atomiques et appelons notre gouvernement à y adhérer". Ce traité d’interdiction des armes atomiques est bien connu du monde militaire et diplomatique. Il a été adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies il y a 4 ans et est censé être entré en vigueur cette année. En réalité, aucune des 9 puissances nucléaires au monde ne l’a évidemment signé. Pas plus la France que les autres. Voilà donc le problème : Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate officielle du Parti socialiste à la présidentielle, soutient une demande faite à la France de renoncer à la dissuasion nucléaire.

Et que dit-on à la Mairie de Paris ?

Pas...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles