Nucléaire, ouvriers, travailleurs détachés, balance commerciale : les plus grosses bêtises prononcées par les candidats aux européennes

franceinfo
Comme à chaque échéance électorale, des fausses informations ou des inexactitudes ont été prononcées par les candidats. À l'occasion de la fin de la campagne pour les élections européennes, franceinfo a regroupé les plus importantes.

C'est parfois involontaire, parfois inclus dans une stratégie de communication, parfois totalement faux et parfois un peu transformé pour correspondre au message que l'on veut faire passer : les candidats aux élections européennes ont prononcé quelques "fake news" - des fausses informations - ou approximations lors de la campagne électorale.

Alors que cette dernière s'achève, vendredi 24 mai, franceinfo a regroupé les principales bêtises prononcées par les têtes de liste avant le vote de dimanche.

Jordan Bardella : le nucléaire trop vert

"Le nucléaire est peut-être aujourd'hui l'une des énergies les plus propres", affirmait Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national, le 21 mai sur France Inter. Interrogé à propos du programme de la liste qu'il conduit en matière d'écologie, Jordan Bardella a assuré que "c'est une énergie quasiment décarbonée". Le candidat RN assure que la France n'a "pas les moyens de [s'en] passer".

Or, comme nous vous l'expliquions dès le mois de juin 2018, si le nucléaire possède l'avantage de produire peu de gaz à effet de serre, cette énergie dépend des importations d'uranium, qui ont des conséquences sur l'environnement. "Pour qu'une énergie soit verte, il faut qu'elle ait certaines vertus, comme ne pas avoir d'impact sur l'environnement, ne (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi