Nucléaire : l'Ukraine accuse la Russie de bombarder l'itinéraire de l'AIEA, un réacteur arrêté

REUTERS/Gleb Garanich

Les autorités ukrainiennes ont accusé jeudi la Russie d'effectuer des frappes d'artillerie sur Energodar, ville où se trouve la centrale nucléaire de Zaporijjia le jour où une mission de l'Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) doit s'y rendre.

Les autorités ukrainiennes ont accusé jeudi la Russie d'effectuer des frappes d'artillerie sur Energodar, ville où se trouve la centrale nucléaire de Zaporijjia le jour où une mission de l'Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) doit s'y rendre. "Les Russes effectuent des frappes d'artillerie sur l'itinéraire par lequel la mission de l'AIEA doit aller vers la centrale de Zaporijjia" occupée par les Russes, a accusé sur Telegram le maire de cette ville en exil Dmytro Orlov affirmant que la délégation ne pouvait pas "continuer sa voie" vers la centrale "pour des raisons de sécurité".

Une mission de l'AIEA doit se rendre jeudi dans cette centrale, la plus grande d'Europe, qui se trouve en occupation russe et dont le site a été bombardé à plusieurs reprises faisant craindre une catastrophe nucléaire. "Nous exigeons de la Russie d'arrêter ses provocations et de donner à l'AIEA l'accès à cette installation nucléaire ukrainienne", a poursuivi M. Orlov.

Le système d'urgence a été activé et l'unité numéro 5 arrêtée

Dès le petit matin, les Russes "tirent sur Energodar à l'aide de mortiers, armes automatique et bombardent à l'aide de roquettes", a-t-il accusé plus tôt dans la matinée dans un message séparé sur Telegram publiant des photos d'immeubles endommagés et de panaches de fumée noire. Les Ukrainiens ont déjà accusé la veille les Russes, qui contrôlent Energodar et la centrale d'avoir bombardé la ville avec l'intention d'en rejeter la responsabilité sur les forces ukrainiennes.

A 01H57 GMT, à la suite d'"un bombardement à l'aide de mortier sur le site de la centrale de Zaporijjia, le système d'urgence a été activé et l'unité numéro 5, arrêtée", a même indiqué Energoatom dans un communiqué sur Telegram.


Lire la suite sur Paris Match