Nucléaire : le lourd impact de la suspension du projet de réacteur de 4ème génération Astrid

·1 min de lecture

Un rapport parlementaire tire à boulets rouges sur l'impact de l'abandon par la France en 2019 du projet de réacteur nucléaire de 4e génération Astrid. Et il réclame une stratégie de recherche sur le nucléaire avancé. Ses auteurs appellent à "relancer le débat démocratique sur ce sujet central pour l'indépendance et la souveraineté de la France", selon une synthèse présenté mercredi par les député Thomas Gassilloud (Agir ensemble) et le sénateur Stéphane Piednoir (LR). Lors d'une conférence de presse, ce dernier a regretté "la procrastination à l’œuvre depuis 2019", quand le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) a annoncé que le déploiement industriel d'un réacteur de 4e génération, pour succéder à l'EPR, n'interviendrait pas avant la deuxième moitié du siècle.

Le projet Astrid, porté par le CEA depuis 2010, repose sur un réacteur à neutrons rapides refroidis au sodium, d'une puissance de 600 mégawatts. Il permet d'utiliser plusieurs fois le plutonium et même d'en produire plus qu'il n'en consomme par "surgénération", grâce à de l'uranium de retraitement ré-enrichi. Les rapporteurs estiment que la suspension du projet a quatre impacts. Une "image écornée" du nucléaire français, selon M. Piednoir, avec une décision qui "sème le doute sur la cohérence de la démarche de fermeture du cycle suivie par la France", et qui risque donc de faire percevoir la France comme un partenaire peu fiable.

>> À lire aussi - Nucléaire : risque de nouveaux retards sur l’EPR de Flamanville, alerte (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Au Liban, les ménages dépensent désormais 5 fois le salaire minimum… pour se nourrir, situation "très, très alarmante"
Royaume-Uni : victime de “surdéveloppement”, Liverpool retiré de la liste du patrimoine mondial de l’Unesco !
Brexit : le Royaume-Uni dévoile ses plans pour régler la crise en Irlande du Nord
Omission de 300.000 euros dans sa déclaration d'intérêts : Dupond-Moretti ne sera pas poursuivi
Covid-19 : le vaccin n'est pas contre-indiqué pour les femmes enceintes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles