Nucléaire: l'AIEA adopte une résolution rappelant à l'ordre l'Iran

L'Agence internationale de l'énergie atomique, l'AIEA a adopté une résolution ce 19 juin pour que l'Iran lui donne accès à deux sites suspects. Elle estime que ces deux sites pourraient avoir abrité des activités nucléaires clandestines dans les années 2000.

L'agence onusienne a adopté ce vendredi 19 juin une résolution rappelant formellement à l'ordre l'Iran concernant l'inspection de deux sites soupçonnés d'avoir abrité des activités nucléaires non déclarées. Il s'agit de la première résolution critiquant l'Iran depuis 2012. Le texte a été rédigé par les signataires européens de l'accord de Vienne, l'Allemagne, la France et la Grande Bretagne. La Chine et la Russie ont voté contre.

L'adoption de cette résolution a d'abord une portée symbolique mais peut être le prélude à une transmission du litige au Conseil de sécurité de l'ONU habilité à prendre des sanctions. En effet, les responsables de l'institution garante de l'application du Traité de non prolifération (TNP) estiment que l'Iran est tenu d'accepter les inspections demandées, et ce en vertu de ses engagements auprès de l'AIEA. Après le retrait unilatéral des États-Unis et le rétablissement de sanctions économiques décidés en mai 2018 par Donald Trump, l'Iran a commencé à se soustraire à une partie des dispositions prévues dans l'accord de Vienne.

Les services de renseignement américains et israéliens ainsi que l'AIEA pensent que l'Iran a mené un programme d'armement nucléaire secret dont il a arrêté le développement en 2003, bien avant la signature de l'accord de 2015. Téhéran nie
l'existence d'un tel programme.