Nucléaire iranien : « vive inquiétude » de Paris, Berlin et Londres

·1 min de lecture
 Le nouveau président iranien ultraconservateur Ebrahim Raïssi.
Le nouveau président iranien ultraconservateur Ebrahim Raïssi.

Le dossier du nucléaire iranien inquiète l?Europe. Berlin, Paris et Londres ont dénoncé jeudi 19 août l?accélération de la production par l?Iran d?uranium enrichi à 60 % et réclamé la reprise « sans tarder » des négociations avec Téhéran. « Nous, les gouvernements de l?Allemagne, de la France et du Royaume-Uni, prenons note avec vive inquiétude des derniers rapports de l?AIEA confirmant que l?Iran a produit pour la première fois de l?uranium métal enrichi jusqu?à 20 % et a considérablement augmenté sa capacité de production d?uranium enrichi jusqu?à 60 % », écrivent dans un communiqué commun les ministères des Affaires étrangères des trois pays.

L?Iran a mis en place un nouveau processus pour accélérer le rythme de production d?uranium hautement enrichi, avait indiqué le 17 août l?Agence internationale de l?énergie atomique (AIEA), alors que les pourparlers diplomatiques pour sauver l?accord de 2015 sont au point mort. « Nous réaffirmons qu?il s?agit d?une violation grave des obligations de l?Iran au titre de l?accord nucléaire de Vienne », préviennent les trois gouvernements. Ces nouvelles capacités « constituent des étapes cruciales vers le développement d?une arme nucléaire et l?Iran n?a aucun besoin civil crédible » de développer ces technologies, ajoutent-ils. « Notre inquiétude est d?autant plus grande que l?Iran a considérablement restreint l?accès de l?AIEA », font-ils valoir.

Un accord torpillé par Trump

Pour fabriquer une bombe, l?enrichissement doi [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles