Nucléaire iranien : Téhéran refuse de transmettre les images de ses sites à l'AIEA

·1 min de lecture

Alors que l'accord de surveillance des activités nucléaires de l'Iran a expiré vendredi, Téhéran a annoncé dimanche que l'Agence internationale de l'énergie automatique (AIEA) n'aurait aucun accès aux données collectées par les caméras à l'intérieur des installations nucléaires.

L'Iran durcit le ton sur la question nucléaire. Le président du parlement iranien a affirmé, dimanche 27 juin, que les images de ses sites nucléaires, prises de l'intérieur, ne seront plus remises à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), après l'expiration de l'arrangement temporaire entre l'organisation et Téhéran sur les inspections nucléaires.

"L'accord a expiré (...) Aucune des informations enregistrées ne sera jamais donnée à l'Agence internationale de l'énergie atomique et les données et images resteront entre les mains de l'Iran", a ainsi déclaré Mohamed Baqer Qalibaf, le président du parlement iranien.

Téhéran avait restreint en février l'accès des inspecteurs et refuse depuis cette date de fournir en temps réel les enregistrements de caméras et autres outils.

L'AIEA avait à l'époque négocié un compromis de trois mois avec Téhéran pour garantir que l'Iran conserverait ces enregistrements et les lui remettrait quand les États-Unis lèveraient leurs sanctions. Cet accord avait été prolongé en mai jusqu'au 24 juin.

Avec Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles