Nucléaire iranien : un site caché préoccupe « vivement » l’AIEA

Source AFP
·1 min de lecture
En riposte au retrait américain du pacte, Téhéran s'est affranchi progressivement depuis 2019 de nombreuses limitations qu'il avait accepté d'imposer à son programme nucléaire en échange d'un allègement des sanctions à son encontre. (illustration)
En riposte au retrait américain du pacte, Téhéran s'est affranchi progressivement depuis 2019 de nombreuses limitations qu'il avait accepté d'imposer à son programme nucléaire en échange d'un allègement des sanctions à son encontre. (illustration)

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'est déclarée « vivement préoccupée » par la possible présence de matière nucléaire sur un site iranien non déclaré, selon un rapport consulté mardi 23 février par l'Agence France-Presse à Vienne.

Ces propos interviennent dans un contexte tendu, alors que l'Iran a commencé à limiter les inspections de l'agence onusienne, après l'expiration d'une échéance fixée par Téhéran pour la levée des sanctions américaines.

À LIRE AUSSIPourquoi le réchauffement États-Unis-Iran inquiète Israël

Des explications iraniennes insuffisantes

L'AIEA avait déjà pointé ce site dans son rapport de novembre, jugeant les explications de la République islamique « non crédibles ». Il s'agit d'un entrepôt du district de Turquzabad, dans la capitale. « La présence de particules d'uranium anthropogénique (résultant d'activités humaines), non déclarées par l'Iran, traduit clairement la présence de matériel nucléaire et/ou d'un équipement contaminé par du matériel nucléaire à cet endroit », écrit l'agence.

« Au bout de 18 mois, l'Iran n'a toujours pas fourni les explications nécessaires, entières et techniquement crédibles », poursuit-elle, précisant que son directeur général Rafael Grossi, qui s'est rendu ce week-end à Téhéran, a redit « son inquiétude face au manque de progrès » sur la question. Téhéran continue par ailleurs à accumuler de l'uranium faiblement enrichi, dont la quantité dépasse désormais de 14 fois la limite autorisée par [...] Lire la suite