Nucléaire iranien: retour à la case blocage, dans les négociations

Ces dernières semaines, la relance de l’accord nucléaire de 2015 (JCPOA) semblait à portée de main. Désormais, la perspective s’éloigne, selon plusieurs sources. Le dossier est évoqué cette semaine à Vienne, où se tient le conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Cette dernière estime qu’elle ne peut pas garantir que le programme nucléaire de l’Iran est « exclusivement pacifique ».

C’est un communiqué conjoint de Paris, Berlin et Londres, qui a enterré les spéculations de ces dernières semaines sur la relance de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien : « Malheureusement, l’Iran a choisi de ne pas mettre à profit cette opportunité diplomatique décisive. En lieu et place de cela, il a continué de développer son programme nucléaire bien au-delà de toute justification civile plausible. »

Depuis l’année dernière, d’intenses négociations ont eu lieu à Vienne avec un double objectif : ramener les États-Unis dans l’accord (Joint Comprehensive Plan of Action, JCPOA) que Donald Trump avait choisi de quitter en 2018 et rétablir les paramètres du compromis : garantie du caractère civil du programme nucléaire de l’Iran en échange de la levée des sanctions. Un défi, dans la mesure où Téhéran a répliqué à la décision de Donald Trump en accélérant ses travaux nucléaires, franchissant ligne rouge après ligne rouge.

De mystérieuses traces d’uranium

Un « état du seuil » ?


Lire la suite sur RFI