Nucléaire iranien : ce qu'il faut savoir sur la nouvelle violation de l'accord

·1 min de lecture

L’Iran relance pas à pas son programme nucléaire. Les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique ont constaté que la République islamique avait lancé la production d’un nouveau composant à usage militaire. Ces 3,6 grammes de métal d’uranium restent, en termes de volume, très échantillonaires. Seulement, cet échantillon a été produit localement, dans une usine d’Ispahan. Ce qui veut dire que désormais les Iraniens maitrisent ce savoir-faire indispensable à la fabrication d’une bombe atomique. Qui n’a d’ailleurs que peu d’utilité en dehors de cette fonction.

Une militarisation croissante

Cette nouvelle violation s’inscrit dans une trajectoire qui depuis quelques mois indique une militarisation croissante du programme nucléaire iranien avec le passage du taux d’enrichissement de l’uranium à 20% et l’augmentation du stock de matière fissile. Si jamais elle décidait de s’en doter, la République islamique se place donc en capacité à disposer de tous les éléments nécessaires à l’assemblage d’une bombe atomique d’ici moins d’un an, et d’une arme opérationnelle d’ici moins de deux ans. Ce qui, à ce stade, n’est pas encore un choix totalement assumé par le régime.  

>> Retrouvez Europe Soir en replay et en podcast ici

L’objectif affiché des Iraniens est pour le moment de forcer les États-Unis à revenir au plus vite dans l’accord de 2015, qui prévoyait la levée des sanctions économiques contre l’Iran en échange d’un abandon de son programme nucléaire militaire. L...


Lire la suite sur Europe1