Nucléaire iranien : les discussions "se rapprochent" d'un accord

·3 min de lecture

Les négociateurs qui tentent de ressusciter l'accord sur le nucléaire iranien "se rapprochent" mais des points d'achoppement demeurent, constatent plusieurs diplomates à l'issue d'un nouveau round de discussions à Vienne, au lendemain de l'élection de l'ultra-conservateur Ebrahim Raïssi à la présidentielle en Iran.

Les délégués réunis à Vienne, dimanche 20 juin, pour négocier la relance de l'accord conclu en 2015 pour encadrer les activités nucléaires iraniennes "se rapprochent" de l'objectif, mais des points d'achoppement demeurent.

"Nous sommes proches d'un accord mais nous n'y sommes pas encore", a déclaré à des journalistes Enrique Mora, le diplomate de l'UE.

Selon lui, lors du prochain cycle de négociations, "les délégations arriveront de leurs capitales avec des instructions plus claires, des idées plus claires sur la façon de parvenir finalement à un accord".

La Grande-Bretagne, la Chine, l'Allemagne, la France, la Russie et l'Iran ont entamé en avril ces réunions sous l'égide de l'Union européenne, avec une participation indirecte des États-Unis, pour tenter de ressusciter l'accord de 2015.

"Équilibre délicat"

Enrique Mora n'a pas précisé quand les discussions reprendraient, notant que le principal problème était toujours de trouver une solution "dans cet équilibre délicat" entre la levée des sanctions américaines sur l'Iran et l'arrêt à la reprise des activités nucléaires de Téhéran. Selon lui, le prochain round de discussions permettra aussi de donner "une idée plus claire" du "nouvel environnement politique" de l'Iran.

Le négociateur en chef de l'Iran, le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi, a fait savoir à la fin de la réunion que "certaines questions clés restent à résoudre".

"Nous sommes proches de la fin mais, comme je l'ai déjà dit, il reste du chemin à parcourir et ce ne sera pas facile", a-t-il déclaré à la télévision nationale iranienne, tout en s'affichant "plein d'espoir".

Dans un communiqué, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la France ont indiqué qu'il restait à "résoudre les questions les plus difficiles". "Ces pourparlers ne peuvent pas être à durée indéterminée (...). Nous exhortons toutes les parties à revenir à Vienne et à être prêtes à conclure un accord", ont-ils lancé.

Un nouveau président iranien

L'accord sur le nucléaire a été conclu entre la République islamique et le groupe dit P5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) à Vienne en 2015. Il offre à Téhéran un allègement des sanctions internationales le visant en échange de garanties prouvant que l'Iran ne cherche pas à acquérir l'arme atomique.

Mais en dénonçant unilatéralement ce pacte en mai 2018, Donald Trump a rétabli les sanctions américaines que l'accord avait permis de lever et a lancé une campagne de "pression maximale" contre l'Iran à coups de sanctions supplémentaires.

En réaction, la République islamique s'est affranchie progressivement depuis 2019 de ses obligations. Elle a promis de revenir dans les clous dès que les États-Unis du président Joe Biden --qui a dit vouloir réintégrer les Etats-Unis à l'accord de Vienne-- lèveraient ces sanctions.

L'ultra-conservateur Ebrahim Raïssi a été proclamé vainqueur samedi de l'élection présidentielle iranienne, et doit succéder au modéré Hassan Rohani en août.

Bien qu'issu d'un courant politique se caractérisant par l'antiaméricanisme et le rejet de l'Occident, Ebrahim Raïssi a rappelé pendant la campagne que la priorité était d'obtenir la levée des sanctions pour sortir le pays de l'ornière.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles