Le nucléaire et le gaz sont-ils des énergies « vertes » ?

Cette fois ça y est. C’est fait. Le Parlement européen a voté. La production d’électricité dans les centrales nucléaires et dans les centrales à gaz – sous certaines conditions tout de même – sera désormais considérée comme « verte ». Ou plus exactement comme « de transition ». De quoi permettre des investissements dans ces deux filières tout en restant dans le cadre de l’objectif de neutralité carbone décrété par l’Union européenne (UE) pour 2050. Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit. De neutralité carbone. Alors, au-delà des arguments dogmatiques, tentons de comprendre.

Pour ce qui est du nucléaire d’abord. Rappelons qu’en 2021, le Centre commun de recherche, le laboratoire de recherche scientifique et technique de l’Union européenne, avait publié un rapport qui concluait qu’il « n’existe aucune preuve scientifique que l’énergie nucléaire nuit davantage à la santé humaine ou à l’environnement que d’autres technologies de production d’électricité déjà incluses dans la taxonomie de l’UE en tant qu’activités soutenant l’atténuation du changement climatique »« Les impacts de l’énergie nucléaire sont pour la plupart comparables à ceux de l’hydroélectricité et des énergies renouvelables, en ce qui concerne les effets non radiologiques », précisait encore ce rapport. Plus récemment, une étude le confirmait. Le nucléaire émet extrêmement peu d’équivalent CO2 par kilowattheure (gCO2e/kWh) produit. En France, bien moins que le solaire ou l’éolien, par exemple.

Le nucléaire français, c’est moins de 4 gCO2e/kWh !

Dans un communiqué publié suite au vote du Parlement européen, le réseau « Sortir du nucléaire » qualifie l’énergie nucléaire de « dangereuse, polluante, productrice de déchets ingérables, et trop lente et trop coûteuse pour constituer un levier pertinent face à l’urgence climatique ». Mais la plupart de ces arguments semblent à balayer d’un revers de main eu égard à l’objectif de la taxonomie européenne. Rappelons-le, cet objectif, c’est celui de la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura