Nucléaire : la fusion va-t-elle permettre d'avoir une énergie plus propre et plus sûre?

·1 min de lecture

Soixante-dix millions de degrés pendant 17 minutes et 36 secondes. Le 30 décembre dernier, la Chine a établi un nouveau record dans l'un de ses trois réacteurs à fusion nucléaire surnommés "soleils artificiels". L'objectif est en effet d'y reproduire expérimentalement les conditions de température et de pression observées au cœur des étoiles. La matière forme alors un plasma, un état ni solide, ni liquide, ni gazeux et dans lequel les atomes d'hydrogène fusionnent entre eux, libérant ainsi de l'énergie.

Contrairement aux réacteurs nucléaires actuels, qui reposent sur le principe de la fission – un noyau d'uranium éclate en deux atomes plus légers –, la fusion offre, selon les spécialistes, une source d'énergie plus sûre, plus propre et quasi ­illimitée. En effet, la réaction ne peut pas s'emballer, les variations de température et de pression l'interrompant ; les déchets produits ne restent pas radioactifs plus d'une centaine d'années et l'énergie de fusion contenue dans les atomes d'hydrogène d'un litre d'eau de mer est équivalente à 250 litres de pétrole ou 300 kilos de charbon.

Ces derniers mois, ces deux champs scientifiques voient les records tomber les uns après les autres.

Une nouvelle frontière énergétique donc, une sorte de Graal après lequel les scientifiques courent depuis près de soixante-dix ans. Car recréer sur la terre ferme les conditions qui font briller les étoiles n'a rien d'évident. Il y a jusqu'ici deux grands types d'approche pour confiner la matière et ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles