Nucléaire : la France, la Pologne et la Roumanie écrivent à l’UE pour défendre la filière

·1 min de lecture

Alors que la place du nucléaire dans le mix énergétique européen fait débat, la France et 6 pays d'Europe de l'est montent au créneau ! Dans une lettre adressée à la Commission européenne rendue publique ce jour, Emmanuel Macron et les Premiers ministres de Hongrie, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie et Slovénie lancent "un appel d'urgence pour assurer des règles du jeu équitables pour l'énergie nucléaire dans l'UE, sans l'exclure des politiques et des avantages climatiques et énergétiques", rapporte le texte mis en ligne sur le site du gouvernement polonais.

Cet appel intervient en pleine discussion à Bruxelles sur la future "taxonomie" verte européenne, qui doit conditionner l'accès aux financements et donc les investissements pour de nombreuses années. Certains pays sont favorables à l'inclusion du nucléaire en raison de ses avantages climatiques avec ses très faibles émissions de CO2. D'autres pays comme l'Allemagne et l'Autriche y sont opposés. Les signataires de la lettre demandent pour leur part "que les politiques énergétiques et climatiques européennes soutiennent toutes les voies vers la neutralité climatique, selon le principe de la neutralité technologique".

>> A lire aussi - Eoliennes, solaire, hydrogène... Ces énergies vertes du futur

Ils soulignent encore "l'indispensable contribution (du nucléaire) pour combattre le changement climatique" et y voient un moyen de soutenir l'essor des renouvelables et de l'hydrogène, sans oublier les emplois créés. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

À peine ouvert, le parking de son restaurant est envahi par des caravanes
Turquie : Erdogan déçoit l’UE, la Grèce et Chypre appellent à une ligne dure !
Attention à vos droits à la retraite si vous êtes créateur d'entreprise, la lourdeur logistique de la vaccination… Le flash éco du jour
Covid-19 : la France bientôt sur la liste rouge du Royaume-Uni ?
Covid-19 : trois départements sous la menace de nouvelles restrictions