Nucléaire: des discussions prévues entre Téhéran et Washington sur la levée des sanctions

© AP Photo/Florian Schroetter, FILE

L'Iran et les États-Unis doivent entamer « cette semaine » des discussions indirectes qui porteront sur « la levée des sanctions » imposées par Washington. C'est ce qu'a annoncé, lundi 27 juin, le ministère iranien des Affaires étrangères. « Un pays du golfe Persique sera l'hôte des pourparlers et la rencontre entre l'Iran et les États-Unis aura lieu dans les prochains jours au cours de la semaine », a indiqué le porte-parole du ministère, Saïd Khatibzadeh, lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

Cette déclaration fait suite à l'annonce samedi par l'Union européenne et l'Iran de la reprise « dans les prochains jours » des pourparlers sur le programme nucléaire iranien – suspendus depuis plus de trois mois – à l'occasion d'une visite surprise à Téhéran du chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell. Pour faire avancer le processus, Josep Borrell a indiqué que des contacts « indirects » entre les États-Unis et l'Iran auraient lieu rapidement « dans un pays du Golfe ».

« Ce que nous allons faire dans les prochains jours ne concerne pas la dimension nucléaire, mais des divergences existantes sur la question de la levée des sanctions », a précisé Saïd Khatibzadeh.

À lire aussi : Nucléaire: l'UE et l'Iran conviennent de revenir à la table des négociations

Des pourparlers bloqués depuis plusieurs mois

Les pourparlers, lancés à Vienne en avril 2021 entre l'Iran et les grandes puissances (Russie, États-Unis, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), sont au point mort depuis mars, les Américains et les Iraniens s'accusant mutuellement de les bloquer.

Ces pourparlers visent à réintégrer les États-Unis à l'accord de 2015 prévoyant des limitations au programme nucléaire iranien, dénoncé en 2018 par le président américain d'alors, Donald Trump, et à ramener l'Iran au respect de ses engagements dictés par ce pacte, appelé JCPOA.

« J'espère que nous verrons des résultats positifs de ces pourparlers. La balle est dans le camp de Washington », a dit lundi le porte-parole iranien. « Si Washington vient avec des réponses aux demandes iraniennes, on peut finir le travail rapidement », a ajouté Saïd Khatibzadeh.

Le respect des engagements de l’accord de 2015

Conclu par l'Iran et les six puissances, le JCPOA vise à garantir le caractère civil du programme nucléaire de Téhéran, accusé de chercher à se doter de l'arme atomique malgré ses démentis, en échange d'une levée progressive des sanctions internationales asphyxiant l'économie iranienne. Or, l'administration Trump avait rétabli des sanctions étouffantes à Téhéran, entraînant en riposte le désengagement progressif de l'Iran de l'accord de 2015.

« Josep Borrell a dit que les États-Unis se sont engagés à respecter tout ce qui est stipulé dans l'accord sur le nucléaire et à assurer que l'Iran puisse en tirer les avantages économiques de manière définitive », a affirmé Saïd Khatibzadeh.

À écouter: Nucléaire iranien: vers le scénario du pire?

(Avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles