Nucléaire: la centrale nucléaire du Tricastin dans le collimateur de la justice

EDF a-t-elle essayé de dissimuler un incident nucléaire à la centrale du Tricastin ? La question se pose, suffisamment en tout cas pour l'ouverture d'une information judiciaire. En cause, des incidents survenus entre 2017 et 2019 qui n'auraient pas été signalés à l'ASN, le gendarme du nucléaire. Un signalement réalisé par un lanceur d'alerte, ancien cadre de la centrale.

Il se fait appeler Hugo, devient chef de service à la centrale de Tricastin en 2016 et ce qu'il y voit ne lui plaît pas. Le climat, en amont de la visite décennale de l'ASN, l'Autorité de sûreté nucléaire, étape essentielle en vue d'un prolongement de la durée de vie des réacteurs, est tendu. Cette centrale, mise en service au début des années _à, est l'une des plus anciennes de France. Hugo déclare avoir assisté à différents incidents dont deux particulièrement notables : la surchauffe en 2017 du réacteur numéro 1 et l'inondation en 2018 d'une partie des équipements électriques de tranche numéro 3.

► À lire aussi : Des incidents à la centrale nucléaire du Tricastin auraient été dissimulés par EDF

Plus grave selon lui, EDF aurait cherché à minimiser, ou pire dissimuler ces informations à l'ASN en octobre 2021, Hugo décide alors d'agir et porte plainte. Un mois plus tard, un inspecteur en chef de l'autorité, interrogé sur cette plainte, déclarait que ses services n'avaient pas constaté d'événements qui auraient été masqués à Tricastin.

(avec agences)


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles