Nucléaire: les caméras de l'AIEA sur les sites d'enrichissement d'uranium iraniens débranchées

L'Iran a réagi au rapport du chef de l'AIEA, Rafael Grossi, et au projet de résolution présenté par les États-Unis, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, qui critique le manque de coopération de Téhéran avec l'agence onusienne en limitant un peu plus sa coopération avec l'AIEA.

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Behrouz Kamalvandi, a annoncé qu'une partie des caméras de surveillance de l'AIEA installées dans les sites d'enrichissement d'uranium du pays ont été débranchées et ne fonctionnaient plus.

À lire aussi : Nucléaire: une résolution exhorte l'Iran à coopérer avec l'AIEA

Cette décision a été prise en réaction à l'attitude des États-Unis et des trois pays européens, a déclaré Behrouz Kamalvandi. Depuis un an, les caméras de surveillance de l'agence fonctionnaient, mais l'Iran avait décidé de ne pas fournir les enregistrements à l'AIEA, faute d'un accord avec les grandes puissances sur son programme nucléaire et la levée des sanctions américaines.

Négociations sur l'accord nucléaire

Washington refuse en effet de lever les sanctions contre les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du pays comme l'exige l'Iran.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles