Nucléaire : un cadre du site de Tricastin porte plainte contre EDF

·1 min de lecture
La centrale nucléaire du Tricastin, à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme.
La centrale nucléaire du Tricastin, à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme.

Un cadre de la centrale nucléaire de Tricastin a porté plainte contre EDF début octobre. Il assure avoir été placardisé par sa hiérarchie après avoir dénoncé une « politique de dissimulation » d?incidents de sûreté, a appris l?Agence France-Presse vendredi de source proche du dossier. Entré chez EDF en 2004, le plaignant est devenu chef d?un service à Tricastin en septembre 2016 après une « évolution fulgurante », retrace-t-il dans sa plainte déposée le 5 octobre auprès du parquet de Paris et dont l?AFP a eu copie.

Rapidement, le climat se révèle « particulièrement tendu, dans la perspective de la visite décennale », une étape déterminante pour obtenir l?autorisation de poursuivre l?exploitation au-delà de 40 ans. « Un certain nombre d?incidents au sein de la centrale ont eu lieu, contribuant à la dégradation des relations » entre lui et son supérieur hiérarchique.

Plusieurs anomalies pointées du doigt

Aujourd?hui âgé de 42 ans et en arrêt maladie, cet ingénieur « amoureux du nucléaire », comme il se présente au journal Le Monde, rapporte dans sa plainte avoir pointé du doigt diverses anomalies ? comme une surpuissance du réacteur n° 1 en juin 2017, une inondation interne le 29 août 2018 sur la tranche n° 3 ? qui n?auraient pas été déclarées à l?Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ou qui l?auraient été de façon à « minimiser les événements ».

« C?est parce qu'[il] a dénoncé ce qui s?apparente à une politique de dissimulation et qu?il a refusé de prêter son conc [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles