Nucléaire : Agnès Pannier-Runacher plaide pour des « mesures d’exception »

Le gouvernement défend au Parlement un projet de loi d'accélération du nucléaire en France.  - Credit:NICOLAS LIPONNE / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Le gouvernement défend au Parlement un projet de loi d'accélération du nucléaire en France. - Credit:NICOLAS LIPONNE / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

À la veille du vote d'un projet de loi sur l'accélération du nucléaire au Sénat, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a jugé dans un entretien pour Le Figaro que les ambitions du gouvernement justifiaient le vote de « mesures d'exception ». Le projet de loi prévoit notamment la construction de six nouveaux EPR à l'horizon 2035-3037. « Les procédures ne doivent pas faire obstacle au projet industriel », a plaidé la ministre.

« La construction de six nouveaux EPR est le plus grand projet industriel lancé en France depuis les années 1970 et l'un des plus gros dans le monde aujourd'hui. Notre législation n'a pas été conçue pour ce genre de projets. Cela justifie des mesures d'exception, comme il y en a eu pour les Jeux olympiques », a avancé Mme Pannier-Runacher auprès du Figaro, dans un entretien publié lundi 16 janvier au soir. « Les procédures ne doivent pas faire obstacle au projet industriel. Gagner un ou deux ans, peut-être plus, cela compte », a ajouté la ministre, qui doit défendre ce texte simplifiant les procédures administratives à partir de mardi à la chambre haute du Parlement.

« Nous ne pouvons pas perdre une minute »

Une majorité de sénateurs y sont favorables, même si certains ont déploré qu'il arrive avant le projet de loi de programmation énergétique, fixant les trajectoires de la France dans chaque énergie, et espéré en juin.

« On sait déjà qu'il va falloir consommer beaucoup moins d'énergie et en produire beaucoup p [...] Lire la suite