Les noyades sont en augmentation cet été : comment les éviter ?

·3 min de lecture
Les enfants de 0 à 5 ans sont la catégorie d’âge la plus concernée par les noyades

Santé publique France pointe une augmentation des noyades accidentelles, dont certaines sont mortelles, depuis le début du mois de juin.

Les confinements successifs et la baisse d’activité physique des Français ne seraient pas étrangers à ce phénomène. Plus de 300 noyades accidentelles, dont 79 mortelles, ont été recensées par Santé publique France entre le début du mois de juin et le début du mois de juillet 2021. Comparativement à la même période, en 2018, le nombre de noyades accidentelles a augmenté de 22% (passant de 257 à 314) et la proportion de décès de 58% (passant de 50 à 79).

"Il est crucial de rappeler les mesures de prévention des noyades à tous les âges, en insistant sur l’importance de tenir compte de la forme physique et de l’état de santé de forme de chacun", souligne l’agence nationale de santé publique.

Vidéo. Dr Christian Recchia : "1000 personnes décèdent chaque année de noyade en France. 1000 vies qui auraient pu être sauvées"

Les précautions à prendre pour les plus petits

Les enfants de 0 à 5 ans sont l'une des catégories d’âge les plus concernées par les noyades. Pour limiter les risques de noyades, il faut :

  • Apprendre aux enfants à nager le plus tôt possible et les familiariser à l’aisance aquatique dès le plus jeune âge ;

  • Surveiller les enfants en permanence, toujours rester près d’eux quand ils jouent au bord de l’eau et se baigner avec eux lorsqu’ils sont dans l’eau ;

  • Chaque enfant doit être surveillé par un seul adulte qui en prend la responsabilité ;

  • Porter une vigilance particulière lors des baignades dans des piscines "hors-sol" (non enterrées) qui ne disposent pas de dispositif de sécurité.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les précautions à prendre pour les adultes

Si vous n’avez pas pratiqué une activité physique depuis longtemps, Santé publique France recommande :

  • De ne pas se baigner en cas de trouble physique (fatigue, problèmes de santé, frissons, courbatures…) ;

  • D’adapter l’intensité de la nage à ses capacités en prenant soin de ne pas surestimer son niveau de natation ;

  • De privilégier les distances courtes. "Avant de partir nager, assurez-vous que votre forme physique vous permet de revenir, conseillent les experts. Souvenez-vous qu’il est plus difficile et fatiguant de nager en milieu naturel (mer, lac, rivière) qu’en piscine."

  • De ne pas hésiter à consulter un médecin pour vous accompagner dans la reprise de la natation.

Retrouvez tous les conseils santé du Dr Christian Recchia sur Yahoo

L’organisme rappelle également d’autres mesures aux adolescents et aux adultes pour se baigner en toute sécurité :

  • Il n’est jamais trop tard pour commencer à apprendre à nager ;

  • Il est nécessaire de s’informer sur les conditions météorologiques et, de manière générale, de respecter les consignes de sécurité, les interdictions de baignade et choisir les zones de baignade surveillées signalées par les drapeaux de baignade, où l’intervention des équipes de secours est plus rapide ;

  • Il ne faut pas hésiter à prévenir un proche avant de se baigner ;

  • Il faut rentrer dans l’eau progressivement surtout après une longue exposition au soleil ;

  • Mieux vaut éviter la consommation d’alcool avant de se baigner.

Sur le territoire, les accidents sont les plus nombreux dans les régions du littoral, notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Occitanie, ainsi qu’en région Auvergne-Rhône-Alpes, qui compte de nombreux cours et plans d’eau. 

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles