Noyade dans une piscine: "On ne se rend pas compte à quel point ça peut aller vite"

1 / 2

Noyade dans une piscine: "On ne se rend pas compte à quel point ça peut aller vite"

Les risques de noyades dans les piscines privées, notamment des jeunes enfants, sont souvent mal anticipés par les parents au moment de profiter des vacances.

"Aucun parent n’aurait l’idée de louer une maison en bordure d’autoroute. C’est pourtant ce qu’on fait avec une piscine. C’est même pire, parce que c’est plus attractif". Laurence Pérouème, présidente de l’association Sauve qui veut, milite depuis de nombreuses années pour une meilleure sécurité au bord des piscines privées. La dangerosité de ces endroits, surtout pour les jeunes enfants, elle l’a vécue de près. "Mon fils de 16 mois s’est noyé le 10 juillet, il y a 22 ans. A l’époque, si j’avais su le quart de ce que je sais aujourd’hui, ce ne serait pas arrivé", assure-t-elle.

En France, la dernière grande étude sur les noyades, menée par l’Institut de veille sanitaire et Santé Publique France, remonte à 2015. Cette année-là, entre le 1er juillet et le 1er septembre, 173 accidents se sont déroulés dans des piscines appartenant à des particuliers, et 96 d’entre eux ont touché des enfants de moins de 6 ans, pour 13 décès. Une nouvelle étude se déroule cette année, et les premiers résultats intermédiaires (entre le 1er juin et le 5 juillet) seront dévoilés jeudi.

"Quand on a lancé l’association, l’équivalent d’une classe de maternelle disparaissait dans l’eau chaque année, reprend Laurence Pérouème. On est arrivé à une dizaine. Mais les chiffres sont très réducteurs, parce qu’il y a les décès, mais aussi les enfants qui restent...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi