Noyade de Léa : la thèse de l’homicide retenue contre l’adolescent

Jean-Marc Ducos
L’adolescent avait pris la fuite peu après la découverte du corps de la fillette, et a été retrouvé mardi en Belgique

L’adolescent de 14 ans aurait poussé l’enfant. Il n’explique pas son geste.


Après la noyade de la petite Léa, 3 ans, lundi dernier à Mairieux (Nord), c’est la thèse d’un homicide qui est retenue après l’audition d’un jeune témoin par la justice.Cet adolescent souffrant de troubles psychiques, âgé de 14 ans était hébergé chez les grands-parents de la fillette et avait disparu au moment de la découverte du corps de l’enfant. L’adolescent, retrouvé mardi soir à Mons, en Belgique, est en cours de présentation devant un magistrat du tribunal de Valenciennes.

Selon nos informations, la petite fille retrouvée dénudée dans le cours d’eau qui traverse le jardin de ses grands-parents, n’a pas subi de violences sexuelles comme l’a établi l’autopsie qui retient une noyade.

Placé chez les grands-parents de la fillette

L’adolescent, qui présente des troubles autistiques, n’a pas de mobile et n’explique pas les raisons de son geste dramatique. Des éléments laissent à penser qu’il aurait poussé la petite-fille dont les vêtements ont été retrouvés accrochés à une branche en bordure du ruisseau.

Le jeune homme était placé chez les grands-parents de Léa, une famille d’accueil dans laquelle il habitait depuis 2015. Les parents de l’enfant décédée ont une maison toute proche ? l’adolescent connaissait bien la petite fille.





Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Deux ex-agents secrets soupçonnés de trahison présentés à un juge
Harvey Weinstein va se livrer à la police de New York
Un homme se tue à jet-ski sur la Garonne
Blessés à la foire du Trône : «C’était un moment de terreur que je n’oublierai jamais !»
Madoff de Touraine : «Vous avez même dépouillé votre fils»