Nouvelles technologies : "Les réseaux sociaux ont tout à coup hérité d’une responsabilité politique qu'ils n'ont pas demandée", estime Gérald Bronner

Le sociologue Gérald Bronner, invité du 20 Heures samedi 9 janvier, vient de publier Apocalypse cognitive où il décortique la puissance des réseaux, leur pouvoir, ainsi que l’emprise de l’influence de ce flot d’informations en continu. Invité à s’exprimer sur le bannissement récent de Donald Trump du réseau social Twitter, il estime que "les réseaux sociaux ont tout à coup hérité d’une responsabilité politique qu’ils n’ont pas demandée et qui leur échoit". Il estime, en outre, qu’il est probable que les événements sidérants du Capitole n’auraient pas eu lieu si le compte en question avait été coupé quelques jours plus tôt.L'importance des algorithmesConcernant l’envahissement de nos vies par les réseaux sociaux, il considère que "l’écran est presque l’arme du crime idéale pour ce cambriolage de nos cerveaux". Cependant, les rapports de force qui s’y produisent doivent être observés avec attention. "On a produit ces deux dernières années 90% de l’information disponible sur la terre", rappelle-t-il. Pour lui, il s’agit donc de se pencher sur ce qui "va retenir notre attention dans cette cacophonie". Il rappelle enfin que les algorithmes ont un poids majeur dans notre utilisation numérique. En effet, ils nous montrent des contenus liés aux traces que nous avons laissées sur internet.