Nouvelles révélations autour de la Mort d'Emiliano Sala : le monoxyde de carbone en cause

Près de sept mois après la mort d’Emiliano Sala, de nouveaux éléments font leur apparition dans le cadre de l’enquête. Comme le rapporte ce mercredi les médias britanniques et le service de presse de l'île anglo-normande de Guernesey, au large de laquelle l'avion emprunté par l’attaquant argentin s'est abîmé en mer, Emiliano Sala et le pilote de l’avion, David Ibbotson, ont été exposés à des niveaux nocifs de monoxyde de carbone dans le cockpit de l’appareil qui s’est écrasé dans la Manche le 21 janvier dernier. C’est ce que révèle l’AAIB (Air Accidents Investigation Branch), le bureau britannique en charge des enquêtes sur les accidents aériens au Royaume-Uni.

Des concentrations de monoxyde de carbone très importantes

Selon la BBC, les tests toxicologiques effectués sur le corps d'Emiliano Sala ont montré que les concentrations de monoxyde de carbone dans son sang étaient si importantes qu'elles auraient pu provoquer une crise, une perte de conscience ou une crise cardiaque. Le footballeur et le pilote de l'avion ont été exposés au monoxyde de carbone avant que l'appareil ne s'écrase. "Les symptômes associés à de faibles niveaux d'exposition (au monoxyde de carbone) peuvent être une somnolence et des vertiges, mais à mesure que le niveau d'exposition augmente, il peut entraîner une perte de conscience et la mort", a expliqué Geraint Herbert, responsable des accidents aériens au sein de l’AAIB.

Lire la suite sur RMC Sport

Cette vidéo peut également vous intéresser :