"De nouvelles pratiques virtuelles menacent notre profession" : trois questions à Pascale Nicolas, modèle vivant

franceinfo Culture
·1 min de lecture

Pendant le confinement et au-delà, plusieurs écoles d'art privées ont instauré des cours de nu académique à distance via des captations vidéo. Pourtant, nu académique et visioconférence seraient antinomiques : le métier, impossible à remplacer par une image en 2D, requerrait la présence des modèles devant les étudiants. Par ailleurs, la digitalisation et la diffusion des poses sur le web présenteraient un risque important pour les professionnels. Certains d'entre eux ont ainsi déjà été victimes de piratages et les vidéos détournées ont été postées sur des sites pornographiques.

La branche des personnels de la formation privée du syndicat CGT a organisé une conférence de presse ce 22 octobre pour dénoncer les abus commis en temps de crise sanitaire et réclamer la création d'un statut propre à ce métier souvent précaire. Modèle vivant, Pascale Nicolas accompagne l'enseignement artistique depuis de nombreuses années. Elle aussi préconise un encadrement législatif plus strict du métier et s'insurge de cette nouvelle pratique virtuelle, aussi dangereuse qu'incompatible avec les exigences de la profession.

Publiée par SNPEFP-CGT sur Mardi 20 octobre 2020

Franceinfo Culture : Vous êtes modèle vivant. Que s'est-il passé pour votre profession pendant le confinement (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi