De nouvelles frayeurs en Albanie après le tremblement de terre

Une réplique a été ressentie alors que le président kosovar Hashim Thaçi, venu apporter son soutien en Albanie, s'exprimait devant les caméras, et alors que les opérations de secours se poursuivent pour retrouver des survivants.

Le président kosovar Hashim Thaçi est en train d'exprimer son soutien à l'Albanie devant les caméras de télévision, quand une réplique fait de nouveau trembler la terre, provoquant quelques cris de détresse.

Au lendemain du séisme de magnitude 6,4 qui a secoué le pays, la sidération a dépassé le cadre des frontières albanaises. En signe de solidarité, le Kosovo, où la population est en grande majorité constituée d'Albanais, a lui aussi décrété un deuil national.

Pendant ce temps, en Albanie, l'état d'urgence a été instauré dans les deux villes les plus touchées, à Durrës et Thumanë.

Les secours sont toujours mobilisés pour tenter d'extraire de possibles survivants des ruines des immeubles qui se sont effondrés, ou à défaut, des corps... Parfois, ce sont des familles entières qui restaient introuvables.

Large mobilisation des secours

Et la mobilisation dépasse là aussi les frontières. L'Italie, la France, la Grèce mais aussi la Turquie, le Kosovo ou encore la Serbie sont quelques uns des pays ayant décidé d'envoyer des experts, en soutien aux secours albanais.

Pour l'heure, le bilan de ce tremblement de terre, le plus puissant depuis des décennies dans le pays, approche la barre des 30 morts et dépasse déjà celle des 600 blessés. Mais il reste difficile d'estimer le nombre de personnes encore piégées dans les décombres.

En attendant, des dizaines de tentes ont été plantées en urgence dans de grands espaces pour prendre en charge des milliers de personnes qui se retrouvent sans toit.

C'est l'autre priorité des autorités. Sur place, le premier ministre albanais Edi Rama a promis que les sans-abri seraient relogés à l'hôtel.