Nouvelles élections en Israël, Benjamin Netanyahu décidé à revenir au pouvoir

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le 13 mai 2021 à Lod, près de Tel-aviv - Yuval CHEN © 2019 AFP
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le 13 mai 2021 à Lod, près de Tel-aviv - Yuval CHEN © 2019 AFP

Benjamin Netanyahu reviendra-t-il au pouvoir? Le centriste Yaïr Lapid conservera-t-il son jeune titre de Premier ministre? Les Israéliens votent ce mardi pour les cinquièmes législatives en moins de quatre ans et dont l'issue tient le pays en suspense.

Les bureaux de vote ouvrent à 7 heures à travers le pays et doivent fermer à 22 heures. Puis tomberont des sondages à la sortie des urnes, suivis des premiers résultats officiels qui pourraient tenir l'Etat hébreu en haleine jusqu'à un décompte final jeudi tant cette élection semble incertaine.

Pour ce scrutin proportionnel, les 6,8 millions d'électeurs inscrits ont le choix entre une quarantaine de listes qui se réduisent principalement en deux camps: celui favorable à un retour au pouvoir de l'homme d'extrême droite Benjamin Netanyahu, jugé pour corruption dans une série d'affaires, et celui voulant un maintien aux affaires d'une jeune coalition hétéroclite menée par le centriste Yaïr Lapid.

Un scrutin très serré

À 73 ans, Benjamin Netanyahu, plus pérenne des chefs de gouvernement de l'histoire d'Israël, tente de rallier une majorité de 61 députés, sur les 120 du Parlement, avec ses alliés des partis ultra-orthodoxes et de l'extrême droite qui a le vent en poupe.

Face à lui, Yaïr Lapid, 58 ans, Premier ministre depuis juillet, dirigeant du parti Yesh Atid ("Il y a un futur") et chef d'une coalition unique dans l'histoire d'Israël car réunissant des formations de gauche, du centre, de droite et un parti arabe, tente de convaincre que le cap donné ces derniers mois doit être maintenu.

Cette "coalition du changement" menée par Naftali Bennett et Yaïr Lapid avait chassé du pouvoir Benjamin Netanyahu en juin 2021 avant de perdre sa majorité en chambre un an plus tard, précipitant le scrutin de mardi, le cinquième depuis le printemps 2019 dans un pays divisé politiquement qui peine à accoucher de coalitions ou les maintenir.

Preuve du suspense ambiant, les derniers sondages créditaient le "bloc de droite" de Netanyahu de 60 sièges, à un seul du seuil de la majorité, contre 56 pour Yaïr Lapid et ses alliés.

Article original publié sur BFMTV.com