En Nouvelle-Zélande, Wellington menacé par des glissements de terrain à répétition

En pleine hiver austral, la capitale de Nouvelle-Zélande, Wellington a subi de très nombreux glissements de terrains cette année – près de 700 en moins de deux mois. Un phénomène causé notamment par de fortes pluies. Une vingtaine de résidents ont été évacués et placés dans des logements temporaires.

Avec notre correspondant à Wellington, Richard Tindiller  

Le déblayage continue dans les rues de Wellington où 200 nouveaux éboulements se sont produits ces derniers jours. Très vallonnée, la ville compte de nombreuses maisons situées aux bords des collines. David McLean fait partie des résidents qui ont dû être évacués. Suite à un glissement de terrain, sa maison se trouve désormais au bord d'un précipice d'une vingtaine de mètres. « On a entendu comme une énorme explosion, raconte-t-il. On n'a pas vraiment compris ce qu'il s'était passé. Ma femme est ensuite descendue et m'a dit : "Il n'y a plus d'eau dans la maison !" Donc je suis allé voir et il y avait ce gros éboulement, c'était assez effrayant. »

Des éboulements dus aux précipitations : le mois de juillet a été le plus humide jamais enregistré en Nouvelle-Zélande. Il est tombé ces dernières semaines l'équivalent de six mois de pluie sur la capitale.

Un terrain également fragilisé par les tremblements de terre. À elle seule, la ville de Wellington en recense près de 4 000 par an.

Des dégâts favorisés par l'action humaine

Les fortes intempéries de ces derniers jours continuent de faire des dégâts. Vendredi matin, un glissement de terrain a endommagé la voie ferrée et percuté un wagon du train régional, sans toutefois causer de blessés. (...)

Lire la suite sur RFI

VIDÉO - Images extrêmes montrant un glissement de terrain diurne au Népal