Nouvelle-Zélande : le volcan encore trop menaçant pour récupérer les corps

franceinfo avec AFP

L'île est encore trop dangereuse. La police néo-zélandaise a expliqué, mercredi 11 décembre, qu'envoyer des secouristes récupérer les corps des 14 personnes tuées par l'éruption du volcan de White Island (Nouvelle-Zélande) serait "de la folie". "Nous avons la responsabilité, envers les membres de la police néo-zélandaise, de veiller à ce que toute situation dans laquelle nous les plaçons n'est pas dangereuse", a justifié le ministre Stuart Nash à la radio.


Des sismologues ont estimé à 50% le risque d'une nouvelle éruption sur l'île, située à 50 kilomètres de la côte. Des gaz toxiques s'échappent également du cratère, et l'éruption a recouvert l'île d'une épaisse couche de cendres accompagnées d'acide. La météo venteuse, et qui doit encore se détériorer jeudi, a par ailleurs empêché le déploiement de drones destinés à mesurer les niveaux de gaz toxiques dans l'atmosphère.

La frustration des familles des victimes

"Nous évaluons tous les critères, toutes les deux ou trois heures, pour voir si nous pouvons y aller", a expliqué à la presse un porte-parole de la police, Bruce Bird, alors que l'impatience monte pour lancer les opérations de récupération des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi