La Nouvelle-Zélande veut taxer les rots des vaches pour limiter les émissions de gaz à effet de serre

(Photo: Dave Rowland via Getty Images)
(Photo: Dave Rowland via Getty Images)

(Photo: Dave Rowland via Getty Images)

NOUVELLE-ZÉLANDE - Pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, la Nouvelle-Zélande veut taxer les rots des vaches et des moutons. En cause, le méthane contenu dans les expulsions de gaz de ces animaux et qui contribue au réchauffement climatique.

Le pays de l’Océanie est notamment caractérisé par ces élevages intensifs de bétail. Les vaches, au nombre de 10 millions, y sont deux fois plus nombreuses que les habitants (5 millions), rapporte la BBC et 26 millions de moutons y ont également été recensés, alors que l’agriculture est responsable de près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre, avec en tête le méthane.

C’est pourquoi la Nouvelle-Zélande entend devenir le premier pays à taxer les éleveurs pour les émissions de gaz de leurs animaux. Cela à partir de 2025. Le plan inclut également des avantages financiers pour les agriculteurs qui utiliseront des additifs alimentaires pour réduire ces émissions. Il envisage également que les émissions de méthane puissent être compensées par la plantation d’arbres, indique le média britannique.

Le méthane, deuxième gaz contribuant au réchauffement climatique

Alors que jusqu’à présent les émissions de gaz à effet de serre issus de l’agriculture n’étaient pas comptées dans les rejets du pays, le ministre de l’environnement néo-zélandais James Shaw estime désormais qu’“une tarification efficace des émissions issues de l’agriculture jouera un rôle-clé” dans les objectifs de réduction du méthane libéré dans l’atmosphère.

En août 2021, le Giec prévenait dans un rapport que “les concentrations [de méthane] n’ont jamais été aussi élevées depuis au moins 800.000 ans” et alertait que sans la réduction du rejet de ce gaz dans l’atmosphère, la lutte contre le changement climatique serait vaine.

Émis par l’agriculture, les combustibles fossiles et les déchets organiques qui ne sont pas recyclés, compostés ou transformé, le méthane est le deuxième gaz à effet de serre lié à l’activité humaine après le dioxyde de carbone (CO2). Et son effet de réchauffement est environ 29 fois plus important par kilogramme que celui du CO2 sur un horizon de cent ans, et environ 82 fois sur une période de 20 ans.

À voir également sur Le HuffPost:La découverte de ce récif de coraux géants (et en bonne santé) à Tahiti est une excellente nouvelle

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles