La Nouvelle-Zélande veut taxer les émissions de son bétail

Pour lutter contre le réchauffement climatique, la Nouvelle-Zélande, grand pays agricole, propose de taxer les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’élevage.

Avec cette mesure, les autorités de ce pays de 5 millions d’habitants veulent s’attaquer à l’une des principales sources de pollution : le méthane agricole. Cela leur permettrait également d’éviter d'avoir à rejoindre le système d’échange de quotas d’émissions (ETS).

Si cette taxe sur les déjections de moutons et de bovins voit le jour d’ici 2025, comme le prévoit le plan, la Nouvelle-Zélande serait le premier pays à faire payer ses agriculteurs pour les émissions de méthane issues de leur bétail, selon le ministère de l'Environnement néo-zélandais.

Appelé le « He Waka Eke Noa », ce partenariat entre les dirigeants agricoles et le gouvernement propose que les fermiers calculent leurs émissions de méthane de façon individuelle, et non pas à partir des moyennes nationales. La taxe est estimée à 7 centimes de dollars par kilogramme de méthane sur les trois prochaines années. Un moyen de contrôler le montant de cette taxe et d’inciter les agriculteurs à polluer moins.

Mais il faudrait que la taxe atteigne les 40 centimes de dollars par kilogramme pour que les objectifs de réduction d’émissions de la Nouvelle-Zélande soient respectés. Un coût qui pèserait trop sur la rentabilité du secteur.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles