Nouvelle-Zélande: les frontières devraient rester fermées une grande partie de l'année

·1 min de lecture

Cette fermeture est prolongée le temps de mesurer l'impact à l'échelle mondiale des campagnes de vaccination contre le Covid-19, a annoncé ce mardi la Première ministre Jacinda Ardern.

Jacinda Ardern a expliqué que l'apparition d'un premier cas de contamination depuis plus de deux mois montrait que le coronavirus demeurait un risque pour l’archipel : « La Nouvelle-Zélande ne pourra revenir à la normale que lorsque le reste du monde le sera aussi. Mais compte tenu des risques dans le monde et de l'incertitude quant aux campagnes internationales de vaccination, nous pouvons nous attendre à ce que nos frontières soient affectées sur une large partie de l'année. »

Vaccination d'une partie suffisante de la population

Le pays a fermé ses frontières en mars 2020, et ne compte pas les rouvrir avant que les Néo-zélandais ne soient vaccinés et protégés, a insisté la Première ministre.

« Pour que les voyages puissent reprendre, nous avons besoin de deux assurances : la garantie que d’être vacciné permette de ne pas transmettre le virus à d’autres personnes, et nous ne savons pas encore si c’est le cas ; ou bien qu’une partie suffisante de la population soit vaccinée et protégée pour que les gens puissent rentrer dans le pays. Dans les deux cas, ça prendra du temps. »

L’archipel continuera à autoriser les « bulles de voyages », des allers-retours avec l’Australie, mais Jacinda Ardern regrette la décision de Canberra de suspendre ces vols qui permettaient aux ressortissants des deux pays de ne pas faire de quarantaine, une décision prise suite au nouveau cas détecté en Nouvelle-Zélande.