Une nouvelle victime du «Happy Face Killer» identifiée après 30 ans

·2 min de lecture
Santa Clara County Sheriff's Office et Troy Wayrynen/AP/SIPA

Une équipe d’enquêteurs de Californie a identifié une nouvelle victime du «Happy Face Killer», un tueur en série aujourd’hui en prison.

Son corps avait été découvert le long d’une route de Gilroy, en Californie, en 1993. Près de 30 ans après le meurtre, la victime a enfin été officiellement identifiée. Le bureau du shérif du comté de Santa Clara a annoncé lundi que cette personne s’appelait Patricia Skiple et qu’elle était l’une des femmes tuées par le «Happy Face Killer». Le tueur en série qui doit son nom aux «smileys» qu’il envoyait à la police et aux médias après ses crimes , purge actuellement une peine de prison à vie pour les meurtres d’au moins huit femmes.

En l’absence d’identité, la victime qui portait des vêtements bleus avait été surnommée «Blue Pacheco». L’autopsie n’avait pas permis de découvrir de quelle façon elle avait été tuée, classant cette mort comme «indéterminée», rappelle la police dans un communiqué publié sur Facbeook . Un an après la découverte du cadavre de Patricia Skiple, en 1993, un journal de l’Oregon avait publié un article en cinq parties, racontant en détails l’histoire du «Happy Face Serial Killer». Le média s’appuyait sur des lettres anonymes envoyées par une personne affirmant avoir tué cinq personnes sur la Côte Ouest des Etats-Unis. Plus tard, l'anonyme avait fini par être identifié comme étant Keith Hunter Jesperson. Après son arrestation en 1995, il avait affirmé avoir tué 160 personnes mais seuls 8 meurtres ont été confirmés, la majorité par strangulation, le même mode que lorsqu’il tuait des animaux étant enfant. Taunja Bennett fut sa première victime, avant Claudia, Cynthia Lyn Rose, Laurie Ann Pentland, Carla, une femme surnommée la «victime numéro 6», Angela Surbrize et enfin Julie Ann Winningham. La plupart étaient des prostituées, sauf l’une, qui était sa petite amie.

Agée de 45 ans au moment du(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles