Nouvelle vague de chaleur et d'incendies aux Etats-Unis et au Canada

·4 min de lecture

De nouveaux records de température pourraient être battus dans l'Ouest des Etats-Unis et au Canada, avec des alertes météorologiques persistant lundi et des feux de forêt que les autorités tentent toujours de contrôler dans les deux pays.

Cette nouvelle vague de chaleur intervient moins de trois semaines après celle subie fin juin qui avait vu des records de chaleur trois jours d'affilée en Colombie-Britannique (Canada). Le nombre de décès provoqués par cette première vague n'est pas encore connu mais est évalué à plusieurs centaines.

Aux Etats-Unis, des températures suffocantes ont sévi durant le week-end sur la majeure partie de la façade Pacifique et à l'intérieur des terres jusqu'aux Rocheuses.

"Plus de 30 millions de personnes sont concernées par un bulletin d'alerte à la chaleur ou par une mise en garde", avait prévenu samedi le service météorologique national américain (NWS), avertissant d'une dangereuse vague de chaleur durant le week-end avec des pointes pouvant aller jusqu'à 52-54°C dans la Vallée de la mort en Californie.

Les températures pourraient reculer légèrement à partir de lundi, selon le NWS, mais "ce petit rafraîchissement relatif ne sera qu'un modeste soulagement pour les zones qui connaissent sur la durée des températures oppressantes et au-dessus des normales".

"Des alertes pour chaleur excessive restent effectives pour une majorité de lieux dans la région jusqu'à mardi", a-t-il averti.

- Record absolu à Las Vegas -

Las Vegas, dans le désert du Nevada, a égalé samedi son record absolu à 47,2°C, atteint une première fois en 1942 et à trois reprises depuis 2005. Les prévisionnistes avaient en outre lancé un bulletin d'alerte ce week-end à Phoenix, dans le Sud du pays, ou à San Jose, centre de la Silicon Valley situé non loin de San Francisco.

Dans le Nord de la Californie, un incendie continuait de progresser dimanche soir, attisé par la chaleur et des vents croissants. Les autorités ont fait état de destructions de maisons dans plusieurs villes et demandé aux habitants de ne pas s'en approcher. Des images vidéo montraient des voitures et des maisons abandonnées en flammes.

A Beckwourth, des pans entiers de forêt semblaient brûler, avec d'épais nuages de fumée surplombant les collines. Un foyer dans l'Oregon a plus que triplé entre vendredi et dimanche, dépassant les 40 hectares, selon le service des forêts.

Au Canada voisin, le nombre de feux de forêt continuait d'augmenter en Colombie-Britannique et dépassait les 300 dimanche soir, selon les autorités.

Les services météo prévoient la poursuite lundi dans ces zones de températures jusqu'à près de 32°C, bien supérieures aux normales saisonnières.

"Les conditions météorologiques sans précédent en Colombie-Britannique continuent de poser une menace sérieuse à la sécurité publique et aux opérations ferroviaires", a déclaré dimanche le ministre canadien des transports, Omar Alghabra, dans un communiqué.

- Changement climatique -

Il a annoncé des mesures pour ralentir ou limiter les trains dans ces zones. Jusqu'au 31 octobre, aucune locomotive ne devra y circuler sans avoir été inspectée au cours des 15 jours précédents. Les trains sont une cause fréquente d'incendies de forêt, notamment si leurs dispositifs contre les étincelles se sont pas correctement entretenus.

Plusieurs routes et autoroutes de Colombie-Britannique ont en outre été fermées, le risque d'incendies étant estimé "extrême". Des ordres d'évacuation ont été donnés dans une dizaine de localités.

Vendredi, le Bureau de la sécurité des transports du Canada a annoncé l'envoi d'enquêteurs pour déterminer le rôle éventuel d'un train de marchandises dans l'incendie qui a détruit à 90% le village de Lytton fin juin.

La vague de chaleur de juin aurait été "presque impossible" sans le réchauffement climatique causé par les humains, ont conclu la semaine passée des chercheurs du World Weather Attribution, une initiative regroupant des experts de divers instituts de recherche dans le monde.

Ils ont estimé que le changement climatique avait rendu cet événement au minimum 150 fois plus susceptible de se produire.

En juin, le Canada a battu plusieurs fois son record absolu de température, qui s'est finalement établi à 49,6°C à Lytton, le 30 juin.

Les Etats américains de Washington et de l'Oregon se sont également retrouvés sous ce "dôme de chaleur", provoqué par de fortes pressions emprisonnant l'air chaud. Ce phénomène climatique n'était pas inédit en soi, mais bien plus puissant que constaté jusqu'ici.

Le mois de juin 2021 a été le plus chaud pour l'Amérique du Nord depuis le début des mesures, selon le service européen Copernicus sur le changement climatique (C3S).

burs-gle/els/lb/am/lch/led

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles