Une nouvelle technique de rayons X pour une cartographie inédite et spectaculaire du corps humain

·1 min de lecture

En 1896, la découverte des rayons X révolutionnait l’imagerie médicale en permettant pour la première fois de visualiser l’intérieur du corps humain. Cent vingt-cinq ans plus tard, c’est une nouvelle technique de rayons X inédite qui est présentée par des scientifiques du Collège universitaire de Londres (UCL) et de l’Installation européenne de rayonnement synchrotron (ESRF), un accélérateur de particules basé à Grenoble en France. Appelée tomographie à contraste de phase hiérarchique (HiP-CT), celle-ci permet de voir des organes entiers jusqu'à une résolution d’un micromètre, soit 100 fois la résolution d'une tomodensitométrie conventionnelle.

Grâce à la récente mise à niveau du synchrotron, dont les performances ont été multipliées par 100 en matière d'éclat et de cohérence, les chercheurs ont pu observer des poumons infectés par la Covid-19 avec un niveau de détail inégalé. L’image montre notamment comment l’infection « dévie » le sang entre deux systèmes distincts, les vaisseaux capillaires qui oxygènent le sang et ceux qui alimentent le tissu pulmonaire lui-même, ce qui empêche le sang de la personne malade d'être correctement oxygéné.
 

L’image montre comment l’infection à la Covid-19 « dévie » le sang entre deux systèmes distincts, ce qui empêche le sang d’être correctement oxygéné. © HiP-CT, YouTube

La source de rayons X la plus brillante au monde

« L’ESRF-EBS (Extremely Brilliant Source) est aujourd’hui le premier synchrotron haute énergie de quatrième génération au monde », se félicitent les chercheurs. La source de rayons X est la plus brillante au monde, c’est-à-dire 100 milliards de fois plus lumineuse qu’une radiographie conventionnelle d’hôpital. Cette luminosité exceptionnelle permet de visualiser des vaisseaux sanguins de cinq micromètres de diamètre, soit un dixième du diamètre d’un cheveu. « La capacité de visualiser les organes à une telle échelle est une révolution dans l’imagerie médicale, atteste Claire Walsh, chercheuse à l’UCL. Cela permet de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles