La nouvelle politique nataliste chinoise suscite le scepticisme

·4 min de lecture
LA NOUVELLE POLITIQUE NATALISTE CHINOISE SUSCITE LE SCEPTICISME

par Tony Munroe

PEKIN (Reuters) - La décision du gouvernement chinois d'autoriser les familles à avoir jusqu'à trois enfants suscite un certain scepticisme parmi la population, qui doute de son efficacité et des "mesures de soutien" promises.

Pékin a supprimé lundi la limite des naissances de deux enfants par couple pour tenter de relever le taux de natalité et faire face au vieillissement rapide et à la baisse de la fécondité de la population chinoise, forte de 1,4 milliard d'habitants.

Ce changement important de politique comprendra des mesures de soutien "propices à l'amélioration de la structure démographique de notre pays", a rapporté l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

"Je ne comprends pas bien. Que signifient les mesures de soutien ?", a répondu un utilisateur de Weibo dans un message approuvé plus de 128.000 fois sur le réseau social, ce qui en fait le commentaire le plus populaire en réaction à la dépêche de l'agence concernant cette nouvelle politique nataliste.

Les internautes citent notamment le coût élevé de l'éducation des enfants dans les villes chinoises, où les logements peuvent être chers et où les enfants suivent des cours privés en plus des écoles publiques dans un système éducatif très compétitif, comme un facteur dissuasif d'avoir des enfants.

Selon un rapport publié l'an dernier par le Peterson Institute for International Economics, les femmes chinoises sont en outre déjà confrontées à des inégalités en termes d'accès au marché du travail et de salaire, alors qu'elles assument davantage de tâches de garde d'enfants, les services subventionnés par l'État ayant diminué.

"Les femmes qui travaillent dans les grandes villes seront encore plus discriminées, et il sera plus difficile pour les femmes âgées de plus de 30 ans de trouver un emploi", a déclaré un autre utilisateur de Weibo.

Lors d'une réunion du bureau politique du comité central du Parti communiste chinois, présidée par le président Xi Jinping, la Chine a promis, sans donner de détails, de réduire les coûts de l'éducation, de renforcer les aides fiscales et au logement et de garantir les droits des femmes actives, selon Chine nouvelle.

James Liang, professeur à l'école d'économie de l'université de Pékin et fondateur du géant du voyage en ligne Trip.com, a exhorté le mois dernier le gouvernement à accorder aux parents de chaque nouveau-né 1 million de yuans (128.145,80 euros) pour relever un taux de fécondité qui, en 2020, n'était que de 1,3 enfant par femme. Ce taux est comparable à celui de pays comme le Japon et l'Italie, mais il est loin du taux de remplacement de 2,1.

La Chine devrait dépenser environ 5% de son PIB, a-t-il ajouté cette semaine, contre "pratiquement 0% aujourd'hui", en espèces, en allégements fiscaux, en subventions au logement, en crèches et autres incitations, afin de faire remonter le taux de fécondité à environ 1,6, et il s'attend à une accélération de la construction de crèches et de jardins d'enfants par le gouvernement.

Les pays développés y consacrent généralement de 1 à 4 % de leur PIB, a-t-il indiqué.

"Ce que j'aimerais vraiment voir, c'est l'aide au logement, surtout dans les grandes villes ", a-t-il dit. "Si le gouvernement local peut rembourser (l'impôt foncier) ou offrir des réductions aux couples avec un troisième enfant ou un deuxième enfant", ce serait utile, a-t-il dit.

"AVOIR UN SEUL ENFANT EST DEVENU LA NORME SOCIALE"

Après la suppression de sa politique de l'enfant unique en 2016, la Chine a connu une brève hausse des naissances suivie d'un déclin, qui s'est encore accentué avec la hausse des coûts.

Yi Fuxian, scientifique de l'université du Wisconsin et critique de longue date de la politique de natalité chinoise, considère que la politique de l'enfant unique, qui a duré des décennies, a ancré de nouvelles habitudes.

Il a noté qu'au Japon, si les politiques coûteuses menées telles que la gratuité de l'éducation et de la garde des enfants, les aides au logement pour les jeunes couples ou la gratuité des soins médicaux pour les enfants, ont contribué à augmenter le taux de fécondité de 1,26 en 2005 à 1,45 en 2015, ce dernier est retombé à 1,36 en 2019.

"Avoir un seul enfant ou ne pas en avoir est devenu la norme sociale en Chine. Les modèles sociaux et économiques répondent à la politique de l'enfant unique, de sorte que les effets d'inertie perdurent", a-t-il dit.

Le Global Times, un tabloïd nationaliste publié par le Quotidien du peuple, l'organe du Parti communiste au pouvoir, a reconnu la difficulté d'avoir trois enfants dans les grandes villes, mais a également déclaré que l'économie n'était pas le seul facteur.

"Il est tout aussi important de changer certains points de vue habituels sur les enfants et les valeurs familiales dans une société où le taux de natalité est en baisse, et de former de nouvelles attentes et acceptations, ainsi que des points de vue sur le bonheur", a-t-il écrit dans un éditorial.

(Avec Sophie Yu et Leng Cheng à Pékin et David Kirton à Shenzhen, version française Dagmarah Mackos, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles