Nouvelle polémique à Strasbourg après l'adoption d'une motion contre l'antisémitisme

·1 min de lecture

Dans la nuit du 3 au 4 mai, le conseil municipal strasbourgeois a adopté une motion réaffirmant " son engagement contre l'antisémitisme ". Un texte adopté mais considéré comme ambigu par l'opposition qui a voté contre à l’issue de débats tendus.

C'est une initiative qui aurait dû mettre tout le monde d'accord. Ce mardi 4 mai, dans la nuit, une motion sur l'antisémitisme, présentée par la majorité écologiste, a été adoptée à 46 voix sur les 65 sièges. Le texte, intitulé " La Ville de Strasbourg réaffirme son engagement contre l’antisémitisme par un plan d’action concret " affirme adopter la définition de l'antisémitisme de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (IHRA). Mais la motion a été considérée comme ambigue par l'opposition, qui a voté contre à l’issue de débats tendus.Refus en févrierLes débats de la nuit remontent au mois de février. A ce moment-là, selon Jean-Philippe Vetter, conseiller municipal Les Républicains, la motion fut proposée à Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg après l'émotion provoquée, un mois auparavant, par le refus d'un livreur Deliveroo d'effectuer deux livraisons car il " ne livrait pas les juifs ". Dans ce contexte, l'élue EELV avait refusé de mettre la motion à l'ordre du jour, estimant que cela ne relevait pas d'un sujet municipal. Jean-Philippe Vetter en avait à nouveau déposé une en mars, qui avait cette fois fait l'objet d'un vote, avant que la majorité ne refuse le texte. D'après les débats, rapportés par les...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Enquête pour "détournement de fonds publics" : perquisition à la région Nouvelle-Aquitaine

"Nouvelle" chanson de Nirvana composée par une intelligence artificielle : hommage ou plagiat ?

Noga Erez sort son nouvel album, "Kids" : "La nostalgie est le pire des ennemis"

Plus de 90% des journalistes de "20 Minutes" en grève, opposés aux suppressions de postes

Nouvelles promesses climatiques au sommet Biden : "Je suis peu optimiste sur leur respect"