Nouvelle piste contre la dépression résistante aux traitements

Un important travail franco-canadien a identifié une protéine intracellulaire qui pourrait prédire le risque de rechute d’une dépression et qui ouvre la voie vers une nouvelle famille d’antidépresseurs.

C’est une protéine intracellulaire qui pourrait prédire le risque de rechute d’une dépression et qui ouvre aussi la voie vers une nouvelle famille d’antidépresseurs. Son nom ? La protéine Elk-1. Cette découverte,  est le fruit d’une collaboration franco-canadienne entre des équipes de recherche clinique et fondamentale de l’Institut de Biologie Paris-Seine (IBPS) (CNRS-Inserm-Sorbonne Université), de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, de l’Institut de Neurosciences de la Timone (Université Aix-Marseille /CNRS), de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas (Université McGill , Montréal, Québec, Canada) et de l’Université Paris-Descartes, tous membres du

Face à cette maladie qui touche plus de deux millions de personnes en France chaque année, les chercheurs ont choisi de se centrer sur la dépression résistante, un patient sur trois, une situation où les stratégies thérapeutiques restent malheureusement inefficaces, occasionnant des risques de rechutes et de complications sévères.

Trois approches différentes

Dans ce vaste travail international, les chercheurs ont choisi trois approches différentes : des études cliniques, [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages