Une nouvelle piste pour « éradiquer » la maladie de Lyme

·1 min de lecture

La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, touche environ 50.000 personnes par an, en France. En 2019, 893 patients ont même été hospitalisés à la suite de cette infection due au spirochète Borrelia et transmise par les tiques de type Ixodes. Même traitée à temps, la maladie évolue chez 10 à 20 % des patients vers une forme chronique avec des symptômes articulaires, cutanés ou neurologiques. Jusqu’ici, le seul traitement proposé est une cure d’antibiotiques à large spectre. Malheureusement, ce traitement est inefficace chez un certain nombre de patients et favorise la résistance bactérienne aux antibiotiques. De plus, les antibiotiques à large spectre comme la doxycycline ou l’amoxicilline modifient la flore intestinale bactérienne, ce qui peut aggraver les symptômes de borréliose de Lyme chronique.

Un vieil agent microbien tombé aux oubliettes

Des chercheurs de l’université de Northeastern aux États-Unis pensent aujourd’hui avoir trouvé un traitement permettant d’empêcher l’évolution vers les formes chroniques de la maladie, et même de « l’éradiquer complètement ». Kim Lewis et ses collègues ont effectué un criblage de micro-organismes du sol afin de dénicher un composé très efficace contre les spirochètes, et spécialement contre Borrelia burgdorferi, la souche prédominante causant la maladie de Lyme aux États-Unis. Ils se sont alors aperçus que l’hygromycine A, un antimicrobien connu produit par la bactérie Streptomyces hygroscopicus, était particulièrement actif contre B.burgdorferi. Découvert en 1953, cet antimicrobien avait été rapidement disqualifié. « Personne ne s’y est intéressé car son efficacité contre les bactéries en général est assez faible, relate Kim Lewis. Mais nous avons en revanche constaté qu’il présente une efficacité exceptionnelle contre les spirochètes ».

La maladie de Lyme est due au spirochète Borrelia burgdorferi transmis par les tiques. © Kateryna_Kon, Adobe Stock
La maladie de Lyme est due au spirochète Borrelia burgdorferi transmis par les tiques. © Kateryna_Kon, Adobe Stock

Non seulement l’hygromycine A élimine efficacement l’infection, mais...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles