Nouvelle minute de silence de soignants face à "la mort annoncée de l'hôpital public"

·1 min de lecture

De Strasbourg à Bordeaux en passant par Marseille, des soignants de plusieurs hôpitaux ont observé une minute de silence vendredi pour alerter sur "la mort annoncée de l'hôpital public", dénonçant leurs conditions de travail et le manque de moyens. À 14h, à l'entrée du Nouvel hôpital civil (NHC) de Strasbourg, environ 300 personnes en blouses blanches se sont regroupées dans le froid pour rester pour la troisième fois immobiles, le regard sombre, pendant une minute.

>> LIRE AUSSI - Covid-19 : comment les hôpitaux s'organisent face à l’absentéisme des soignants

"Nous voulons continuer à soigner nos patients"

"Nous sommes là aujourd'hui car nous voulons continuer à soigner nos patients malgré l'épuisement, malgré la fermeture des lits, malgré les restrictions budgétaires, (...) mais nous n'y arrivons plus" a déclaré au préalable, au micro, le Dr Sébastien Harscoat, médecin aux urgences et au Samu de Strasbourg. "L'hôpital public se meurt. (....) Sa tête et son corps lâchent, il va tout simplement disparaître", a-t-il ajouté.

Ce rassemblement sous forme de minute de silence sans aucune banderole a été suivi la première fois le 10 décembre aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg, jour d'une visite du P...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles