Nouvelle manifestation à Yerres, ville de Nicolas Dupont-Aignan, contre son ralliement à Marine Le Pen

Romain Herreros
Nouvelle manifestation à Yerres, ville de Nicolas Dupont-Aignan, contre son ralliement à Marine Le Pen

POLITIQUE - Nouvelle journée de mobilisation dans la ville dirigée par Nicolas Dupont-Aignan. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce dimanche 30 avril à Yerres pour protester contre l'alliance de leur maire avec la frontiste Marine Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle, a constaté une journaliste de l'AFP. Une manifestation qui fait suite à celle d'hier, où 300 personnes s'étaient déjà rassemblées pour exprimer leur "honte".

Opposants au député-maire, électeurs déçus ou habitants des villes environnantes, les manifestants, 350 selon la police, se sont rassemblés vers 15 heures devant la mairie, aux cris de "Dupont démission" et au son de quelques casseroles.

Des citoyens de cette ville de 29.000 habitants, dont le président de Debout la France (DLF) est maire depuis 1995, avaient appelé au rassemblement sur les réseaux sociaux. Ci-dessous quelques images partagées par les manifestants.


"Dupont si tu savais, ton #FN où on s'le met!"
"Dupont la honte"
"Dupont démission"#Yerres #NDAMLP pic.twitter.com/N5IXvQvEc1

— Elodie Jauneau (@ElodieJauneau) 30 avril 2017

"Il ne représente pas la ville"

Cette alliance avec le FN, "c'est la stupéfaction et aussi le choc", a résumé Françoise, 74 ans, vêtue d'un t-shirt proclamant "Il votera Le Pen, pas moi". Pour cette femme qui avait voté pour M. Dupont-Aignan aux municipales de 2014 - il avait été réélu avec plus de 77% des voix - "il ne représente pas la ville car Marine Le Pen n'a eu qu 1.817 voix à Yerres au premier tour".

"On savait qu'il avait des orientations anti-européennes mais on ne pouvait pas se douter qu'il allait aller vers le FN car il l'a beaucoup critiqué", a renchéri Anne, 73 ans. Cette Yerroise recense un seul précédent de manifestation contre le maire: "En 1995, quand il a augmenté les impôts pour payer la dette" d'un prédécesseur.

"C'est un vendu", a commenté Fabrice, 40 ans. Nicolas Dupont-Aignan gère "très très bien sa ville", a-t-il reconnu, mais "je n'ai pas...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages