Une nouvelle loi sur l'irresponsabilité pénale ? "Il faut qu'elle porte le nom de Sarah Halimi"

·1 min de lecture

Il décrit un jour "important pour la France". Alors que plusieurs "rassemblements de la colère" sont prévus dimanche à Paris et dans d'autres villes de France pour contester l'absence de procès après le meurtre de Sarah Halimi, Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), était l'invité de la matinale d'Europe 1. L'occasion pour lui de fustiger à nouveau la décision de la Cour de cassation, qui a conclu à l'irresponsabilité pénale du meurtrier de la sexagénaire juive. 

>> LIRE AUSSI - Affaire Halimi : après l’émotion, faut-il faire évoluer la loi sur l'irresponsabilité pénale ?

"Le problème, c'est que la Cour de cassation n'a dit que la part du droit qu'elle a voulu voir dans cet article parce qu'une autre interprétation était possible. Elle aurait pu en faire une lecture différente", regrette Francis Kalifat. "Elle aurait pu prendre une décision courageuse, celle de contribuer à l'évolution du droit."

Les magistrats "n'ont pas dit la justice"

"Malheureusement, poursuit-il, cette lecture et cette application mécanique du droit entrainent des conséquences qui sont choquantes, révoltantes même du point de vue de l'équité." Et Françis Kalifat de pointer des magistrats qui ont "manqué encore une fois de courage", et "renvoient la balle au législateur". "Ils ont sûrement dit le droit, mais ils n'ont pas dit la justice. Je vois dans cette décision un déni de justice", martèle l'invité d'Europe 1.  

Un changement de la loi ? "Il ...


Lire la suite sur Europe1